Fouad : « nous n’avons rien vu venir. Son départ était préparé »

« Ma sœur est quelqu’un de timide et de réservé. Elle se destinait à des études de médecine. Dans notre quartier elle aidait les personnes âgées. Nous n’avons rien vu venir. Elle a disparu le 23 janvier 2014. Son départ était préparé. Ce soir là je devais sortir avec ma sœur. En rentrant à la maison elle n’était pas là. Nous nous sommes inquiétés. J’ai tourné partout dans la ville (Avignon). J’ai appelé tous les hôpitaux. Dés le lendemain matin nous avons signalé sa disparition au commissariat. Je suis allé dans son lycée. Ma sœur était inscrite en classe de seconde ; pas de nouvelles non plus de ce côté là. J’ai appris que depuis quelques temps ma sœur portait le jilbel (voile) lorsqu’elle venait au lycée alors qu’elle sortait de maison sans le porter. Personne ne nous avait averti. J’ai aussi découvert qu’elle avait un compte Facebook que je ne connaissais pas. En me connectant sur ce compte j’ai découvert qu’elle avait des copines bizarres. Elles parlaient  de «faire la hijra et d’aider les sœurs syriennes qui se faisaient violer et aussi de  s’occuper des orphelins ». Ma soeur est partie pour aider le peuple syrien. Les femmes ne combattent pas.

Le dimanche suivant elle nous a envoyé un message sur ce compte dans lequel elle disait qu’elle était en Syrie à Alep « pour aider les gens, qu’elle était bien et qu’elle ne rentrerait pas ». Sur Facebook ses « amies » lui disait « qu’elle était courageuse et que la famille ce n’était pas le plus important et qu’elles aussi voulaient faire la même chose ».

Depuis le début du mois d’avril son discours a changé. Au téléphone elle nous dit qu’elle veut revenir, qu’elle a fait une grosse erreur et qu’elle ne recommencera pas. A chaque appel elle raccroche très vite.

Les mesures anti jihad du gouvernement ne sont pas suffisantes. La suppression des passeports et le rétablissement de l’autorisation de sortie du territoire pour les mineurs n’empêcheront pas ceux qui veulent partir de le faire. C’est de la poudre aux yeux. Aujourd’hui on peut traverser l’Europe avec sa carte d’identité française sans être contrôlé une seule fois si on circule en voiture. Le plus important c’est la prévention. L’Islam de France ne sert à rien. Il n’est pas là pour écouter ces jeunes et répondre à leurs questions sur la religion alors ce sont d’autres qui s’en chargent.  Et que fait on des mineurs comme ma sœur qui sont déjà là bas ?

Les familles, nous sommes des victimes. Nous sommes coincées entre le gouvernement et les terroristes. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *